Le muntjac de Chine- une espèce exotique envahissante

— expiré

Des mammifères non indigènes sont de plus en plus souvent rencontrés dans la nature. Parmi ceux-ci, des cervidés, dont le Muntjac de Reeves originaire de Chine, susceptibles de provoquer des dégâts à la végétation et de s’hybrider avec des espèces indigènes.

Le Département Nature et Forêt (DNF) de la Région wallonne nous interpelle à propos de la présence du Muntjac de Chine sur le territoire de notre commune et sollicite toute notre attention.

Des traces de la présence de Muntjac ont été trouvées dans le Domaine du Bois de la Motte à Bousval et plus particulièrement dans les zones boisées situés à proximité des Drèves des Châtaigniers, Micheline et Faisandeaux.


Description
Le Muntjac est un petit Cervidé dont la hauteur au garrot atteint 50 cm. Son pelage est de couleur brun-roux la plupart de l’année, et vire au gris terne en hiver. Son ventre est généralement jaunâtre. La face interne des cuisses et le menton sont tachés de blanc.
La queue est grande et plate, brune au-dessus et blanche en-dessous. Le Muntjac a une apparence voutée, vu que la croupe est plus élevée que les épaules.
Les deux sexes portent des marques bien visibles sur la gueule. Les mâles ont des bois courts et des défenses. Les bois sont recourbés en arrière et se terminent par une pointe incurvée chez les sujets âgés.
Par son aspect extérieur, le Muntjac ressemble à un chien. Son cri consiste en un aboiement unique très sonore qu’il répète en marquant de courtes pauses, ces intervalles s’allongeant souvent en période de rut (qui peut avoir lieu tout au long de l’année).

Pour ne pas confondre le Muntjac avec les cervidés d’origine indigène comme le chevreuil sachez que les cervidés wallons se différencient grâce à leur grande taille et à leur miroir (tâche blanche) sur l’arrière train.

Problématique
Lorsque sa densité de population est élevée, le Muntjac peut avoir une incidence sur les forêts, notamment sur la régénération et la flore, mais aussi sur les plantes de jardin et certaines cultures agricoles et horticoles.

La présence d’une importante population peut avoir des impacts négatifs importants sur la biodiversité indigène. Les observations de terrain effectuées au Royaume-Uni montrent que cela pourrait avoir un impact fort et irréversible sur la végétation des strates et des sols et une modification de la structure et de la composition des habitats forestiers, entraînant des effets de cascade sur les communautés d'invertébrés et de vertébrés.

Les Muntjacs peuvent également concurrencer localement le chevreuil et constitue un risque pour les usagers de la route (collisions).

 

Régulation et règlementation

La réglementation européenne vise à apporter une réponse coordonnée pour freiner l'expansion et limiter les dommages environnementaux provoqués par les espèces exotiques envahissantes. Elle prévoit l’éradication rapide de ces espèces exotiques envahissantes telle que le Muntjac. La position de la Région wallonne s’inscrit dans la lignée européenne. C’est donc une obligation d’éradiquer le Muntjac en Région wallonne.

Pour pouvoir prendre les mesures adéquates, les autorités ont besoin de connaître le niveau de la population de Muntjacs, leur localisation, ... A ces fins, la Cellule interdépartementale sur les Espèces invasives (CiEi) du Service public de Wallonie a mis en place un site Internet- http://biodiversite.wallonie.be/fr/invasives.html?IDC=5632- où les observations des espèces exotiques envahissantes peuvent être renseignées par tout un chacun. Vu leur grande présence sur le terrain, les chasseurs et les piégeurs sont des acteurs privilégiés pour observer ces animaux et les renseigner.

 

Actions sur le document
Ville de Genappe
Espace 2000, 3
1470 GENAPPE
Tél. : 067/79.42.00
Fax : 067/79.42.47
Localisation :Genappe 
 
« Juin 2018 »
Juin
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930